fbpx


Awale Mag

Magazine pour la créativité de l'Afrique

Auteur/Author: Aissatou GAYE

Le ‘Tioub’, bazin teint

Quand on pense au Mali, l’une des premières images qui vient en tête est celle des dames maliennes en tenue de cérémonie, ou celle des grandes cantatrices maliennes comme Oumou Sangaré, boubous aux couleurs chatoyantes et motifs variés.

La matière en est le bazin teint ou tioub.

Le tioub, tissu traditionnel du Mali est une pièce de coton damassée teint à la main.

PROCESSUS DE FABRICATION

1798234_416267628521292_6276640943878899 Credits: NOMADES

Ce bazin est fabriqué à l’étranger, souvent en Autriche, Allemagne et Chine et importé pour etre par la suite transformé. Il connait donc différentes étapes avant de devenir le Thioub brillant et froufroutant que nous connaissons.

Le tissu est d’abord découpé selon les dimensions standard. Puis les femmes teinturières y font des nœuds à différents endroits qui ne seront pas teints lorsque le tissu sera trempé dans les seaux de teinture et de fixateurs. Le bazin en ressort avec divers motifs selon la technique et la dextérité de la teinturière : ronds, losanges, spirales, lignes… Il est par la suite trempé dans une solution d’amidon et frotté d’un pain de cire pour lui donner une certaine ridigité puis mis à sécher.

Capture1.PNG?1439286997683 Credits: NOMADES

La prochaine étape est de donner le tissu séché à des « tapeurs » qui le martèlent avec des maillets en bois. C’est un travail de longue haleine qui permet d’avoir un tissu bien rigide et brillant. Le meme tissu peut etre martelé, carré par carré pendant plus d’un an afin d’obtenir un thioub de luxe. Sa valeur dépend bien évidemment aussi du bazin utilisé : du bazin super riche au damas chinois, en passant par le bazin de deuxième qualité.

Cette teinture artisanale, puis la couture et la broderie en font un tissu de grande valeur, qui peut se monnayer à plus de 150 000 FCFA. La créativité déployée par le couturier doit etre au service du thioub qui se suffit à lui seul, couture et broderie ne servant qu’à le mettre en valeur.

LE TIOUB, TENUE DE CEREMONIE

10846350_416267611854627_713581562655882

Le tioub est la tenue de cérémonie par excellence : mariages, baptêmes, réceptions, fêtes religieuses. Révélé par les maliens et adopté par toute la sous-région, du Sénégal au Nigeria, sa forte demande, notamment en temps de fête ainsi que les nombreuses étapes de fabrication font qu’il occupe une place de choix dans l’économie malienne, par le nombre d’emplois (même informels) que cette filière crée.

Ce potentiel de levier de croissance économique ainsi que L’amour qui lui porte les maliens en font un tissu célébré. Un festival du bazin a même été organisé en Septembre 2014 au Mali. Au Sénégal, le chanteur mandingue Djiby DRAME a lancé depuis 2005 « la grande nuit du Bazin », tenue depuis lors chaque année. Et c’est un festival de boubous, de brillance, de couleurs et chants, un bonheur à regarder.

Quittons nous alors sur cette célèbre chanson de Amadou et Myriam qui célèbre aussi à leur façon le bazin teint du Mali : « Le dimanche à Bamako, c’est le jour du mariage / Les hommes et les femmes ont mis leurs plus beaux boubous / Les bazins sont au rendez-vous / C’est le jour du mariage ».

view(s) 345

Auteur/Author: Aissatou GAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.